31/05/2009

Il faut partir!

dyn007_original_454_538_pjpeg_2572620_21ec4e44ae427a4d35d99bdee06b67bc


Voici le temps des vacances et puis ce blog est peu fréquenté  depuis que etpuislavie a vu le jour:)! Je ne posterai jusqu'au mois de septembre que des textes que j'ai déjà mis là mais qui ont plu aux lecteurs à l'époque! Celui-ci a été crée en direct là, dans le blog! Je lui ai apporté quelques modifications avant de le remettre ici!
J'espère que vous aimerez le découvrir ou le relire!


Si tu crois que le vent
Te pousse vers la vie
Celle que tu souhaites en rêve
Qui te donne l'oubli
De toutes les tristesses
Et de tous les chagrins
Emporte ta détresse
Vers un autre demain
 

Alors il faut partir
 

Si tu penses que le ciel
Sera plus bleu ailleurs
Qu'il donnera le sel
Qui rend les jours meilleurs
Si le soleil réchauffe
Bien mieux vers l'horizon
Et que ce que lui offre
Vaut bien mieux que mon nom
 

Alors il faut partir
 

Par contre si tu souffres
Quand tu seras là-bas
Si tu sens que le gouffre
Se referme sur toi
Si les champs, si les fleurs
Si mon amour à moi
Te semblent le bonheur
Y croire encore une fois
 

Alors reviens ici
 

Et je te redirai
Le chant de nos beaux jours
J'inventerai pour toi
Des folles nuits d'amour
J'évoquerai nos vies
J'évoquerai nos joies
Et tu verras fleurir
mon amour sous tes pas
 

Mais alors je t'en prie
N'attends pas trop longtemps.


sig rouge foncé2

 

 

23:38 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : partir, amour, femme, homme, attente, vie, croire, revenir |  Facebook |

02/04/2009

Renaîssance!

arbre1

 

Par cet arbre noueux qui tend trés loin ses bras
Par le chant de l'oiseau, ses trilles volubiles
Par le soleil si chaud en ce matin d'avril
Par ce ciel toujours bleu qui dit l'été déjà
Je veux croire en la vie.

  

Par la terre qui saigne fendue par le sillon
Par l'abeille butinant qui rend la fleur féconde
Par une herbe verdie que la rosée inonde
Par le vieux paysan qui croit en sa moisson
Je veux croire en la vie.

 

Je veux croire en la vie
Je vole loin devant
Sur ce chemin aride certes, mais qui pourtant
Me mênera c'est sûr vers une autre prairie
Où l'herbe sera verte, me donnera ses fruits.

  

Je veux croire en la vie
Connaître un autre amour
Le temps ne sera plus de nuit, de folle errance
A partir d'aujourd'hui s'allongeront mes jours
C'est fini le sais-tu? les chagrins, la souffrance.

 

Je veux croire en la vie
Je veux donner encore
A un autre que toi ce que tu dédaignais
Un autre qui attend toutes mes vérités
De l'amour, du plaisir; mais aussi mes silences...

  

Qui disent tellement mieux
Ce que je suis vraiment.

 
sig rouge

29/12/2008

Meilleurs voeux!!!

1a meilleurs voeux 2009

Une année c'est si court
Mais si long à la fois
Court pour ceux qui ont tout
Long pour tous les sans joie
Il n'y aura pas de jour
En l'an qui nous arrive
Où il faut rester sourd
Laisser à la dérive
Les petits les perdus
Ceux qui espèrent en nous
Il y a des gens dehors
Il y en a qui ont froid
Ne laissons pas le sort
Croire qu'il a tous les droits
Ouvrons nos coeurs nos portes
Pour repousser très loin
Et faire qu'ils s'en sortent
Ceux qui ont souvent faim.

Taisons-les ces canons
On n'en a rien à faire
Disons-leur enfin non
A toutes ces sales guerres
Quel que soit le Pays
Quel que soit le chemin
Celui qui a conduit
Vers cet affreux destin
De tous petits ou grands
Qui ont peur et qui souffrent
Il est venu le temps
De pouvoir passer outre
A ces dissentiments
Qui trop de peuples déchirent
Offrons-nous le pardon
Promettons-nous de dire
A nos petits enfants
Oui la paix est venue.

Cette année-là j'y étais
Crois-moi je l'ai vécu
C'était bien en janvier
C'est venu à grand bruit
Tu ne le verras plus
Il n'y aura plus de cris!

Cette année je le sais
Tout est enfin possible.
Des otages libérés
Pour tous une vie paisible
Loin de nos différences
Nous retrouvons la Paix
J'ai en moi l'espérance
Je veux la Liberté!

 

L'amour peut être loi
A çà enfin je crois!

sig or

30/11/2008

Une femme.

0001unefemme

 Je ne suis pas femme mystère
Je ne suis même pas solitaire
J'aime et je vis au jour le jour
Je dis, j'écris des mots d'amour
Comme vous toutes moi je me donne
En folles étreintes je m'abandonne
Femme étonnante? Je ne sais
Femme battante, ah! çà j'essaie
Être meilleure toujours première
Savoir détecter la misère
La déloger et puis aider
Donner, donner ou le tenter
Vivre pour moi et pour les autres
Ne jamais refermer ma porte
Sur un chagrin sur un non-dit
On peut je crois poser sa vie
Entre mes mains. Je fais silence
Moi je recueille les confidences
Mais pas curieuse, pour soulager
Donner un mot une pensée
Je suis le calme ou la tempête
Suivant l'instant ce qui s'y prête
Je pourrais bien le mettre à mort
Celui qui blesse mes trésors
Petits enfants, personnes sans âge
Ou bien malade perdant courage
Je ne peux vivre en le sachant
Personne pour vous offrir du temps
Alors j'apporte ce que je peux
Une goutte d'eau un peu de feu
Pleure avec vous s'il faut pleurer
Vous aider à vous relever
Et puis bientôt moi je repars
Je ne veux pas qu'il soit trop tard
Ma vie aussi doit être belle
Je dois lui être aussi fidèle
Ma vie, ma vie ma liberté
Et pour donner se préserver
Ne pas croire que l'une peut tout
Chacun doit faire partie du nous
Action partage action sacrée
Celle qu'on appelle Humanité.

sig gris moyen

27/11/2008

Fenêtre sur vie.

0001fenêtre

 

Par la fenêtre ouverte
Je vois glisser ma vie
Je retrouve les Etres
Qui ont compté ici
Maman ma douce mère
Bien trop vite partie
Et toi aussi mon père
M'as-tu aimée? Dis oui!
 
Enfant j'étais heureuse
Entourée et choyée
Epargnée de tous heurts
Ceux qui blessent petit
Puis j'ai connu les pleurs
Quand tu nous as quittés
Et tous les vrais bonheurs
Pour moi ont basculé.
 
Mais j'ai connu l'amour
Celui qui fait briller
Les yeux et tous les jours
Passés à adorer
A attendre de lui
Autant qu'on veut donner
Espérer de la vie
Enfin un peu de paix...
 
Des enfants me sont nés
Quels instants de magie
Comment bien en parler
Justement tout est dit
De ces moments sacrés
Où l'on donne la vie
On peut tout espèrer
Pour ces étres bénis.
 
Premiers sourires, premiers cris
Tendres douleurs, petits soucis
Des enfants beaux, des enfants coeurs
C'est celà même le bonheur.
Puis ils grandissent et ils s'en vont
Chanter ailleurs d'autres chansons.
 
Mariage et petits-enfants
Mari enfui mais coeur plus grand
De voir naître ces têtes brunes
Et les aimer chacun chacunes.
Ils poussent vite, bientôt leur tour
D'enfin connaître le Dieu Amour.
 
J'ai connu tant de joies
J'ai eu tant de chagrins
Dans mes rides parfois
Je crois voir ce chemin.
Je ne regrette rien
De tout ce temps passé
Qui s'appelle destin
Qui vous fait avancer
On rêve, on sourit
Et celà porte un nom.
 
C'est celà oui, la vie!
sig gris moyen

13/11/2008

La vie, la vie...

01vie C. de Lattre femme rouge

 Moment étrange, suspendu
Instants de trêve, inaperçus
Un intermède dans le non-dit
De la stupeur... Et puis la vie.

La vie est là elle est attente
Du lendemain celui qui chante
Je ris je meurs puis je souris
La vie la vie, c'est reparti.

Instants qui dansent autour d'un feu
Moments tendresse, des heures bleues
De beaux enfants des enfants choix
La vie toujours je veux de toi.

Je ne veux plus quitter mon nid
Ne plus trembler au fond d'un lit
Je veux savoir revivre encore
L'amour n'est rien quand vient la mort.

Et je remets ma bandoulière
Je redeviens une guerrière
Je veux vous voir courir vers moi
Ma vie ma vie, ma grande joie!

sig rouge foncé

02/10/2008

Bilan de vie.

Merci à vous qui êtes passés sur mon post précédent, y laissant un mot de réconfort et d'amitié. Merci aussi à tous ceux qui m'ont envoyé un mail en  signe de solidarité.

Vous vous reconnaîtrez et  je vous embrasse chaleureusement!

dyn007_original_394_551_pjpeg_2572620_69c5f8f1e9b17421816da3ebd1cea1ec

 

Là un jour j'ai laissé
Parler en phrases tristes
Mon vieux coeur fatigué

Il a dit à des hommes
Qui se croyaient quelqu'un
D'oublier ces idées

 

Chacun fait ce qu'il peut
Pour qu'au fond de son âme
Le rêve vive mieux

 

J'ai appris aujourd'hui
En avançant en âge
A goûter aux saisons

 

J'ai appris que personne
Ne devrait prendre ombrage
Des mots d'une chanson

 

Je sais tous les courroux
Qu'avancerait la terre
Pour se mieux protéger

 

Et je sais sous mes pas
Ce que diraient les pierres
Si elles pouvaient parler

 

Elles diraient le son clair
Qui en hiver raisonne
A la motte durcie

 

Elle diraient le silence
Elles parleraient d'amour
Lorsque tombe la nuit

 

Là un jour j'ai laissé
Parler en phrases gaies
Mon jeune coeur d'artiste.

signat rouge foncé

14/07/2008

Essayons.

essayons

Je viens de créer un blog interactif (plutôt que collaboratif, je n'aime pas trop le mot) où chacun peut s'exprimer sur le sujet de son choix. Allez y faire un tour et si vous êtes tenté par l'aventure, faites moi connaître votre mail, je vous enverrai volontiers une invitation.

Tout le monde peut s'exprimer, nul besoin d'être Einstein ou Yourcenar. Vous voulez nous faire part d'une opinion, d'un film qui vous a intéressé, d'un lieu visité qui vous a plu ou déçu, nous faire part de votre enthousiasme ou votre indignation au sujet d'un fait de société ou tout autre chose, à vos claviers!

Le lien: http://libres2.skynetblogs.be

Merci de vos visites!

 

Te souviens-tu de nous, te souviens-tu de moi
Nos deux corps enlacés qui disaient leur émoi
Le silence tout autour qui semblait écouter
La voix de ces beaux jours, deux être qui s'aimaient.
Il y a bien longtemps que l'air ne frémit plus
De nos souffles mêlés de nos gestes éperdus
Il n' y a plus de vibrance, le feu s'en est allé
Au fond vois-tu je pense qu'à trop vouloir donner
Nos âmes se sont usées, frottées de lassitude
Il ne sort rien de bon qu'aimer soit habitude
Il faut savoir partir puis revenir encore
Cent fois sur le métier remettre nos efforts
J'ai appris aujourd'hui qu'un jardin se cultive
Que les fleurs çà se meurt quand le courant dérive
Ne donnant plus de l'eau au moulin des passions
Et qu'en place de délire on parle de raison.
Quand tu tendais ta main dans l'ombre me cherchant
Quand nos membres tremblaient, nos bouches balbutiant
Lorsque tu te donnais en violents coups de reins
Nous igorions alors ce que serait la fin.

Elle est là aujourd'hui et nos gestes sont lourds
Tu parles d'avocat, je parle encore d'amour
Je ne veux pas céder le terrain au malheur
Je ne veux croire encore aux lendemains qui meurent
Je veux croire au ciel bleu je veux croire à la vie
Je veux penser pour nous que ce n'est pas fini
J'ai trop aimé vois-tu notre si belle histoire
Je ne veux pas donner au temps cette victoire
Il faut vaincre nos peurs de n'être plus heureux
Les ans peuvent passer sans éteindre nos yeux
Retrouver d'autrefois ces mots qui nous enivrent
Ces attentions ces soifs, ce qui nous faisait vivre
Ces joies, instants sacrés qui veulent nous échapper
On peut, si tu le veux bien sûr, les rattraper
Sais-tu ce soir je crois que tout n'es pas perdu
Qu'il faut tendre les bras, ne pas partir vaincu
Rien de laid ne saurait sortir de la splendeur
Qui animait nos vies faisait battre nos coeurs
Donnons-nous une chance allons, une seule encore
Prouvons-nous que l'amour toujours sera plus fort

Essayons, le veux-tu? Essayons d'être nous.

MIMI.encirer1

01:24 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : amour, poesie, vie, poeme, souvenirs, mimi, nous |  Facebook |

10/07/2008

La FARANDOLE en Solitudes!

(http://laboheme.skynetblogs.be)

et Saravati (http://saravati.skynetblogs.be)

m'ont entraînée dans leur farandole sur une initiative de Traces (http://tracesecrites.free.fr/blog/index.php?2008/06/21/36...).

Serez-vous la ou le prochain à me prendre la main dans cette solitude ô combien partagée?

Hollynx (http://hollynx.skynetblogs.be) me prend la main à son tour pour s'élancer dans notre vertigineuse farandole.

La p'tite Mimi (http://nous-les-femmes.skynetblogs.be) rentre dans la danse à son tour avec un trés joli acrostiche et j'en suis trés touchée.

solitude

Mais non la solitude!

Mais que fais-tu du vent
Qui te fait le serment
De te pousser toujours
Vers les lieux les plus beaux

Que fais-tu de la pluie
Qui clapote et suit
Le tout petit ruisseau
Qui s'enfuit loin d'ici

Que fais-tu du soleil
Le matin éclatant
Et le soir rougeoyant
Qui te dore la vie

Que fais-tu de l'oiseau
Bruissements de la treille
Qui s'envole plus haut
Retrouver des merveilles

Que fais-tu des chansons
Des airs d'accordéon
Qui s'élèvent pour toi
Un p'tit air de java

Que fais-tu du silence
De l'enfant assis là
Qui regarde son papa
Qui ne lui parle pas

Mais non la solitude!

Tout te retient ici
Te fait la vie jolie
Te donne du bonheur
Si tu ouvres ton coeur

Et de moi que fais-tu
Moi qui suis en souffrance
De tant d'indifférence
Aime-moi, le veux-tu?

MIMI.signat

15:36 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : poesie, vie, poeme, solitude, seul, mimi, farandole |  Facebook |

06/07/2008

INSOMNIE!

insomnie
 

Pas sommeil.
Je suis là et je veille
Pourquoi y a-t-il la nuit?
Elle m'assaille elle m'agresse
Une drogue une ivresse
Je suis folle la nuit
Je suis triste la nuit
Et puis je ne dors pas
J'écoute, je guette un pas
Que le bitume sonne
Qu'il me parle de vie
Un pas seul qui raisonne
Pour retrouver un lit
Un frôlement de robe
La voisine de palier
Elle chuchote se dérobe
A un dernier baiser
Elle dit qu'elle a sommeil
Moi j'attends le réveil
De la vie
De la vie.
Que le soleil se lêve
Sur mes courtes journées
Que quelques heures brèves
A être à exister
Et puis le soir encore
Refaire le chemin
Retrouver mon décor
Où toute vie s'éteint.

Pas sommeil.

MIMI.dyn001_original_199_224_gif_2572620_83206d2d7d414a2353c5e99abb5efd9f

23/06/2008

Poème!

Bonjour à tous. Merci d'être passés si nombreux sur mon post précédent qui me tenait à coeur.

Je ne sais pas chez vous où vous en êtes côté soleil mais mon week-end en Camargue fut trés chaud: 37° alors qu'il n'y a de cela qu'une semaine, les températures tournaient encore autour de 20°. Alors ce petit texte je l'ai écrit sur un coin de nappe à l'ombre d'un beau mûrier en sirotant mon café aprés le repas de midi.

Bonnes vacances aux Juillettistes et patience aux autres, votre tour viendra:-)!

dyn005_original_512_384_pjpeg_2572620_ccd85c0d091bd7aad6b0643d9713c96e
.
Un poème est un fil qui s'accroche à un autre
Mes poèmes sont des mots que je livre aux autres
Joies de vivre ou chagrins
Je les mets sur papier
Une trame sans fin
Qui permet d'exister
Et de continuer, de poursuivre la vie
Tous ces bonheurs, ces peines
ces roses ou bien ces gris
C'est ma raison de vivre, ma façon d'avancer
Où me guide mon pas
D'un bon ou d'un mauvais?
Je le suis on verra
Où il veut m'emmener
Sur le chemin des jours
Et j'irai loin par là
Vers jamais, vers toujours?
Vers un nouveu printemps, vers un autre soleil
Vers un hiver tout blanc, la vallée des merveilles?
Mes mots me le diront
J'ai toujours foi en eux
Ils sont l'inspiration
Ils savent ce que je veux
Ils sont ma vraie nature
Ma fantaisie à moi
Ils sont ma signature
Porteurs de mes émois
Supporter ma tristesse? Qui pourrait faire mieux
Indulgences et faiblesses
Ils savent s'accomoder
Je ne suis pas poétesse
Je suis fleur de papier.

MIMI.signat poème

06/02/2008

L'étoile.

Une petite chose trés légère, mais qui détend aprés quelques textes assez sombres.

a4 étoile

J'ouvre grand mes volets
J'aperçois une étoile
Que fait-elle me dis-je
A cette heure du jour!

Je la fixe un instant
Elle cligne des yeux
Je me dis que je rêve
Je la regarde mieux

Mais non elle sourit
Elle essaie de parler
De me dire que oui
Enfin, je suis aimée

Des gens de tous pays
Demandent des nouvelles
Où est-elle partie?
Mais enfin que fait-elle?

Cette étoile c'est la mienne
Celle qui me conduit
C'est elle quoi qu'il advienne
Qui dirige ma vie

M'ouvre la voie des autres
Me les fait rencontrer
Me faisant aimer d'eux
Elle m'offre l'amitié.

L'amour qui me sourit?
M
ais c'est elle aussi
L'enfant et son ballon
Le fruit de sa chanson!

Cette étoile c'est toi
Oui toi, si tu la vois
Tu la tiens dans tes mains
Elle s'appelle Destin.

étoile fin

l'étoile signature

MIMI.

23:05 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : etoile, yeux, reve, amour, rencontre, vie |  Facebook |