31/03/2009

Et si l'enfant...

001enfant2
 

Et si l'enfant pouvait parler il vous dirait
Toi l'ami le frère le voisin
Toi qui vois tout mais ne dis rien
Mais qui es-tu ou est ton âme?
 

Quand je hurlais de désespoir, que faisais-tu ou étais-tu
Quand mon corps écartelé geignait l'entendais-tu
Quand ma souffrance devenait telle que ma vie s'enfuyait déjà
Qu'éprouvais-tu
Et toi qui me dis que tu m'aimes comment peux-tu
Les longs chemins que j'ai suivis malgré mon âge
Les connais-tu?
Les souffrances les chagrins la solitude
Les sauras-tu
J'en ai tant vu pourtant! une habitude
Mais le vois-tu
Pourquoi enfant je dois subir
De l'homme lourd tous les outrages
Me diras-tu?
A mon secours peux-tu venir
 

Et je gis là, nuit de silence
Mais qui viendra?
Pourtant le cœur plein d'espérance
Tout finit là
Vivre ou mourir quelle importance
Et tu diras
C'est la mort ma seule vengeance
L'homme connaîtra la déchéance
Pourquoi, pourquoi?
 

Faire la Une des journaux?
Trop tard déjà!
Pourtant le ciel était si beau
Mais ce jour-là...

 
sig rouge

13/02/2009

L'enfant différent.

Je poste de nouveau ce texte pour Béné et sa petite rawette:)

http://marawettevenuedailleurs.skynetblogs.be

dont le blog est à la Une, ce que je n'avais pas attendu pour le découvrir. Un blog en devenir mais à visiter sans aucun doute.

Certains de vous l'ont déjà lu bien sûr mais... Et je suis toujours en pause, je prépare des textes pour un concours qui ne trouveront pas leur place ici, hélas! J'aurais pu faire d'une pierre 2 coups, quelle facilité! Mais dés le concours passé je m'y remets.

dyn005_original_469_529_pjpeg_2572620_01de0811d02b1c0a20db48b1a377ca44

 

L'enfant ne parle pas
Se balance doucement
Ses yeux ne sont pas tristes
Ils sont seulement absents
Isolé et tranquille
Souffre-t-il? On ne sait
On dirait qu'il écoute
Le peut-il seulement
Et sait-il qui il est?

On se pose des questions
On voudrait le comprendre
Même pour ses parents
Il n'est qu'une longue absence
Son visage est muet
Du moindre sentiment
Il est là il existe
Bien sùr c'est un enfant
Mais différent peut-être!

Il est beau il est pur
Devrait chanter et rire
Courir dans les jardins
Avoir des tas d'amis
Poser toutes les questions
D'un garçon de son âge
Il parle avec ses yeux
Mais personne ne répond
C'est un enfant trop sage.

Être né trop sensible, trop d'amour à donner
L'enferme-t-il au monde pour mieux le protéger
Cet enfant est autiste, est-ce une maladie
Ou une carapace que lui offre la vie?

D'ailleurs on croirait bien
Qu'il sait tout aujourd'hui
Connait des tas de choses
Mais sans avoir appris
Il hume les saisons
Son instinct lui a dit
Que l'automne revient
Lorsque tombe la pluie
Et quand les soirs sont roses.

Il ne sourit jamais
mais il aime papa
Il crie, est affolé
Quand il n'arrive pas
Il devine le temps
Il peut compter les heures
On ne sait pas vraiment
S'il éprouve du bonheur.
Mais on dirait pourtant!

On le dit surdoué
Pour les chiffres surtout
D'autres prétendent même
Qu'il pourrait être fou
Moi ce que je vois là
C'est un enfant perdu
Ces lieux sont à bien d'autres
Ils ne sont pas les siens
Il est dans un ailleurs.

Mais si je peux l'atteindre, si mon coeur me conduit
Je lui dirai ces mots qui ouvriront pour lui
Les portes des prisons qui le tiennent au loin
Ô combien je voudrais lui montrer le chemin!

colombe rouge signat

01/02/2009

Moi seul, tout le monde!

dyn005_original_375_500_pjpeg_2572620_e638568391e4782991ece1ecdb1d88d8

Ce texte est un travail d'atelier. la consigne était simple et concise: "Moi seul, tout le monde"! C'est la seule poésie que j'aie jamais écrite pour une consigne. j'ai un style trés différent en atelier, plutôt léger et humoristique. Alors ce texte trouve sa place tout naturellement ici. 

 

 

Est-ce que moi seul le sais
Qu’une guerre çà fait mal?
Car personne n’agit
Et tout le monde attend!
Tout le monde voudrait
Que la misère s’arrête
Est-ce moi seul qui ferai
Pour çà le moindre geste?
Tout le monde est d’accord
La maladie c’est laid!
Est-ce moi seul qui donnerai encore
Mon porte-monnaie?
Tout le monde est content
D’être bien protégé
Encore moi seul dirai-je
La police c’est sacré?
Tout le monde a bien vu
Que l’enfant était triste
Oui mais moi seul ai su
Lui demander pourquoi
Tout le monde s’est dit
Les parents çà existe
Ah! moi seul je me dis
Le problème est bien là!
Mais moi seul si je bouge
Si je veux m’en mêler
Tout le monde voit rouge
Mais enfin qui tu es?
Retourne dans le rang
Moi seul ne suis personne
Laisse faire les autres
Ceux qui savent, qui sont
Pas moi seul, pas tout le monde
Tout le monde et moi seul
On voudrait une ronde
On n’obtient qu’un linceul
Pour encore faire le bien
Ou bien l’un ou bien l’autre
Ne faisons jamais rien!
Tout le monde ou moi seul
Ne sommes pas apôtres.
Nous sommes gens de bien!

sig rouge

23/01/2009

Enfance blessée.

dyn009_original_436_392_pjpeg_2572620_ba04fa89e4dc7af556c23aeb0942a123

 

Ce blog est nominé catégorie HOBBY and ENTERTAINMENT.

 

 Fleur de sel, fleur de peine
Fleur de larmes bafouées
La petite fille sanglote
Son coeur écartelé
Ce vieux monsieur indigne
Cet homme que sa mère
Sa chère maman à elle
A mis dans leur foyer
Commet l'iréparable
Sur ce corps de poupée
Aller à la police
Être souillée salie
Redisant l'indicible
Maman tu me trahis
Viens avec moi crois-moi
Je n'ai rien inventé
C'est bien lui c'est cet homme
C'est lui qui a touché
A mon âme si pure
Un joyau un diamant
Et qui a tout détruit
Je t'en supplie maman
Aide-moi, aime-moi
Je suis toujours la même
Bien qu'une autre c'est vrai
Puisque j'ai cette peine
Ce trou noir là au corps
Ce trou noir dans mon coeur
Maman protêge-moi
J'ai si mal et si peur
Je ne suis qu'une enfant
Lui il est vil et bas
Il me dit que tu l'aimes
Ne le trahiras pas
Maman oh! je t'en prie
Prends-moi entre tes bras
Tu m'as donné la vie
Cela compte n'est-ce pas?
Redis-moi des mots doux
Dans le creux de l'oreille
Ou serre-moi c'est tout
Enfance sans sommeil
Qui ne pourra jamais
Plus revoir le matin
J'ai besoin d'être aimée
Sans crainte, sans chagrin
Retrouver mon enfance
Sentir l'air sur mon corps
Sans peur d'être salie
Être abusée encore
Dis maman, sauve-moi
Dis-lui de s'en aller
Que je suis ton enfant
Qu'il n'est qu'un étranger
Son amour ne vaut rien
C'est la chair de ta chair
Qui t'implore. Enfin!
Enfin, tu es ma mère!

sig rouge

15/01/2009

L'orpheline.

Ce blog est nominé dans la catégorie HOBBY et ENTERTAINMENT.

J'ai déjà posté ce texte au mois de juillet et bien sûr il a été peu lu et de plus je ne sais pas, il a eu un succés mitigé auprés de mes lecteurs : bien écrit mais trop ceci, pas assez cela... Sans doute trop dur pour la période des vacances. Et j'ai manqué de temps ces derniers jours pour écrire. Cela se ressent sans doute par le peu de visites chez vous. Et puis je suis curieuse de connaître votre opinion aujourd'hui d'autant que c'est un texte écrit dans des circonstances bien particulières.

dyn009_original_461_648_pjpeg_2572620_b7bcba0185428ef82bb36c2391e4782e

 

 

Son regard est éteint
Même pas la brillance
Que donne le chagrin
Dans les grandes souffrances.
Elle ne pense pas.
Elle est seule dans sa bulle
Elle voudrait parfois
Qu'un peu le temps recule
Elle entend une voix
Qui lui parle tout bas
Bonjour ma petite fille
Je suis là, ton papa
Pour toi vois-tu chérie
Je ne suis pas parti
Tu me gardes en toi
Comme un souffle de vie.
Ne cachons pas les mots
Il ne sera plus là
Pour panser ses bobos
Elle ne s'y attend pas
Ce qu'elle voudrait, elle
C'est un grand champs de fleurs
Et puis l'entendre rire
Et effacer ses pleurs
Pour elle rien n'est pire
Que cet affreux silence.
La maison est muette
De ses bruits familiers
Le calme ou la tempête?
Immense turbulence
Le temps s'en est allé.
Elle pourrait jouer
Mais ce creux dans sa tête
Son âme est en béance
Bien qu'elle ne sache pas.
Le temps lui est clément
Qui lui offre cette absence
Car son tout petit être
Ne pourrait pas entendre
Ces mots qu'on lui dit là
Il est mort ton papa.

Alors demain peut-être...
Pour l'instant il est là.

 

sig rouge

04/01/2009

Enfants guerriers.

J'ai déjà proposé ce texte il n'y a pas trés longtemps et de plus j'ai écrit un poème aujourd'hui que j'aurais pu poster mais tout arrive en même temps: l'article de Loren sur notre blog libres2 puis l'association pour l'organisation de la "1°ème Marche Mondiale pour la Paix et contre la violence"

http://www.marchamundial.org/fr 

qui organise un "Rassemblement de protestation contre l'agression que subit Gaza" à Bruxelles

 http://www.facebook.com/event.php?eid=41935569243

m'interpellent: Non que je m'étais endormie sur les problêmes de notre terre puisque j'ai adhéré à ce groupe et commencé déjà à préparer quelque chose à mon niveau, dans mon département. Mais j'ai écrit un truc léger et ce texte-ci correspond mieux à mon état d'esprit. 

dyn009_original_427_640_pjpeg_2572620_99b1ba38d8e99d688f6040820bf06aa6

 

Il y a dans mon coeur des vagues de tendresse
Pour tous ces enfants là qui se trouvent en détresse
Ils vivent des conflits qui ne sont pas les leurs
Plus personne pour entendre leurs plaintes et leurs peurs.

Ils souffrent dans leur chair déchirée, mutilée
Ils ont le ventre gros de n'avoir pas mangé
Ils ont le coeur éteint, les larmes ne coulent plus
Ils sont morts, ils sont tristes, ils n'ont jamais vécu.

Leurs yeux ne savent pas ce que c'est l'insouciance
Ils n'ont jamais été autrement qu'en silence
Dégoupillent des grenades, chargent des mitrailleuses
Ils ne sauront jamais rendre une femme heureuse.

Ils sont là regard dur face à des caméras
Ils ne souffrent même pas car ils ne savent pas
Leurs vies ne comptent pas, ils ne sont que des ombres
Des machines tueries: tuer le plus grand nombre.

Ils ignorent ces enfants, qu'il y a d'autres jeux
Qu'on peut être un enfant avant que d'être vieux
Ils ne connaîssent pas autre chose que la guerre
Ils existent c'est tout, ignorent leur misère.

Ils ne prononcent jamais le moindre mot d'amour
Ils n'imaginent pas une suite à leurs jours
Leur avenir n'est pas, ils sont dans l'inconnu
Ils se rendent aux chefs, à des ordres reçus.

S'il faut mourir demain est-ce bien un problème
Ils n'auront jamais su qu'on peut dire je t'aime
Ils s'armeront de bombes, sauteront comme en jeu
Entraînant dans la mort d'autres enfants comme eux.

Il est trés dur je sais de croire à leur enfance
Et pourtant ils sont là ils n'ont aucune chance
D'échapper à ce sort, ils ne vivront plus rien
Ils ne sauront jamais ce qu'est un vrai chagrin.

Un chagrin voyez-vous est un moment précieux
S'ils pouvaient seulement! ils pourraient être heureux
Et si quelqu'un un jour leur donnait cette chance
Rendre à ces guerriers là le rôle de l'enfance.

sig rouge

15/11/2008

Sa solitude.

001sasol2

Il marche seul trop de chagrin
Il ne croit plus en son destin
Seul sans sa femme qui l'a quitté
Qui a renié leur passé
Il n'a plus rien elle a tout pris
Même son amour son tout petit
Elle a dit non tu ne peux pas
Un enfant seul avec papa
Tu ne saurais pas l'élever
Sur lui tu ne saurais pas veiller
Il est à moi je l'ai porté
Tu le verras deux fois par mois
Comme le font tous les papas
Un week-end ci et l'autre là
Tu verras tu t'habitueras
Mais pas question de te donner
A toi cette responsabilité
Il est si jeune je le sais bien
C'est toi qui guéris ses chagrins
Mais quel juge le comprendra
Tu le vois bien c'est comme çà
Alors ne fais donc pas d'histoire
Bien sûr que tu pourras le voir
Et puis tu referas ta vie
Tu en auras d'autres c'est ainsi.
Alors il traîne son pas lent
Il va partout mais sans allant
Il n'ose plus rentrer chez lui
Un studio vide sans rires sans pleurs
Même plus de cris pour son malheur
Comment survivre à ce chagrin
Ne pas voir grandir son gamin
Elle l'emmène loin de lui
Une autre ville d'autres amis
Même un jouet ne traîne plus
Dans cette maison de vaincu
Elle est à vendre mais prenez-la
Puiqu'elle non plus ne la veut pas
Dedans il y a trop de soupirs
De mots d'amour de souvenirs
De joies de rires de cris d'enfant
Une famille vivait dedans
Elle n'est plus que coquille vide
Elle a tout pris elle si avide
De tout ce qui parlait d'amour
Rien n'a plus cours
Rien n'a plus cours.

signat bleu nuit

22/09/2008

Dis-moi...

0001AAAaffiche de l'alliance française en bulgarie 

Dis, c'est comment le bonheur
Me demande l'enfant
Est-ce bien quand je pleure
Et que vient ma maman
Me bercer dans ses bras
Que je sais qu'il est là?

Dis, c'est quoi la Liberté
Demande l'exilé
Réprouvé et banni
Si loin de son Pays
Puis-je espérer un peu
De calme sous ton ciel bleu?

Dis, comment pouvoir courir
Moi qui sans mon fauteuil
Ne pourrait pas sortir
Respirer une feuille
Trouverai-je dans le temps
Des semelles de vent?

Dis, quand pourrai-je dormir
Sans trembler, sans souffrir
Ô Dieu c'est quand dis-moi
Que la guerre finira
Pouvoir parler d'amour
Dire demain, dire toujours?

Dis, quand pourront vivre ensemble
Sans honte et sans chagrins
Les Peuples déchirés
Qui aspirent à la Paix
Voir grandir leurs enfants
Dis-moi, c'est maintenant?

signat marron