18/04/2009

Nuit d'été.

nuit d'été

 

La nuit nous est propice, la nuit nous engloutit...
 

Nuits d'été, de chaleur, la moiteur de ta peau
Porte ouverte au silence, aux étoiles là-haut
Ta jambe enserre les miennes jusque dans ton sommeil
Je suis ton prisonnier jusqu'à notre réveil.
 

Le parfum doux des fleurs s'épanouit enfin
Suave et entêtant, fleurs fanées au matin
Je suis serein tu vois, j'attends que tu t'éveilles
Pour renaître à l'amour, aux soupirs, au soleil.
 

Soleil si langoureux qui accroche son or pâle
Sur un coin de ciel bleu. Tu ouvres enfin les yeux
Ta peau a la douceur de la pierre d'opale
Et je baise ton cou au creux de tes cheveux.
 

Le matin nous caresse, souffle chaud de la vie.
 

Tu frôles de tes seins en caresses subtiles
Mon torse découvert et moi, si malhabile
Eperdu que je suis par cette volupté
Je m'imisce en ta chair à ma main dévoilée.
 

Mon corps brûle au sillon qui se propose à moi
De ce geste des reins qui me met en émoi
Tu parviens à tes fins, je sais, tu es si femme
Comment y résister, tu me voles mon âme.
 

Nous retombons repus de nos tendres ébats
Il n'y a rien de plus que j'espère ici-bas
Que de pouvoir encore te combler, te chérir
La femme de ma vie, mon amour, mon désir.
 

La nuit qui nous revient sera de poésie.
 

Je t'aime tu le sais au delà de la chair
Je ne suis qu'un esclave, je t'attends, je t'espère
Bien au dela des jours, bien au dela de tout
Je veux n'être pour toi que la moitié de nous.
 

J'attends ma nuit dété, la moiteur de ta peau
Et nos matins torrides pour revivre à nouveau...

 
signat rouge1

30/01/2009

Ne dis rien

 volupté féminine

Ne dis rien sur l'avenir
Tu es là
Pose ta main sur mon corps plat
Ouvert comme un livre à sa plus belle page
Ne vois que la beauté
De l'instant silencieux
Mon âme tendue vers toi
Prête à tout te donner
Ton souffle sur ma peau
Me murmure l'émoi
Que ton corps assoiffé
Voudrait tant partager
Abandonne tes peurs
Et n'ai plus aucun doute
L'amour est là crois-moi
Tu peux t'y attarder
Instant de douce joie
Pureté absolue
De l'amour qui se donne
Sans attendre en retour
Que le bonheur de l'Autre
A l'instant du grand cri
Exultation suprême
Du partage des sens
Et aussi de nos coeurs
Attends, ne dis plus rien.

Demain amour, tu vois
Se lêve un nouveau jour.

sig rouge

08/10/2008

Silence.

0001aSil

 Silence de la nuit
A travers les carreaux
Silence dans ma tête
Je n'y ai plus de mots
Mes mots? Ils sont silence
Dans les néants jetés.
Qu'elle est triste la nuit
Quand on n'est plus aimé.

 Plus de gestes furtifs
De caresses esquissées
Plus de profonds soupirs
D'ébauche de baiser
Plus de main qui se tend
Pour mieux me ramener
Au creux de ce corps chaud
Que j'ai tant désiré.

 La nuit et sa souffrance
Qui me fait chavirer
Le désespoir immense
De n'être que souvenir
Chez cet autre adoré
Car je ne serai plus
Son repos du guerrier
Pu
isqu'il ne m'aime plus. 

Silence comme un cri
Profonde turbulence
Silence qui jaillit
De ce coeur en béance
Mon pauvre coeur meurtri
Qui voudrait tant donner
Donner, oh oui! encore
Pour ne pas être mort. 

Silence... et finir
D'aimer et de souffrir.

MIMI.signat

07/09/2008

Amour flamme.

amour flamme

Amour chaleur
Fulgurance du désir
Caresses et silences
Car bien sûr tout est dit
Il n'y a plus de mots
En ces instants folies
Où les coeurs se confondent
Où ils boivent la vie.
Les âmes sont gloutonnes
Et fiévreux nos deux corps
La bouche ne dit rien
Pourtant on crie encore
Par les bras qui étreignent
Par la bouche goulue
On a mal d'avoir soif
On ne sait plus trés bien
A qui l'on appartient
A qui tout est tendu
Le ventre se fait creux
De s'être trop offert
Les seins sont douloureux
Ils quémandent caresses
Les reins ne peuvent plus
Supporter cette ivresse
Ce feu qui nous dévore
A en être perdus

Ô viens au creux de moi
Tu vois je suis vaincue.

signat rouge

 

14/08/2008

AMOUR.

dyn010_original_472_700_pjpeg_2572620_9db3180f6cc07dc452f7fe9787af373f

Ecume de mes nuits
Sur îlot de lumière
Lumière de mes nuits
Traversées par mes rêves
En surbrillance feue
Mes attentes sommeil
Silence de la vie.
La couleur ne peut plus
Quitter mes tendres errances
Je ne suis que couleurs
Depuis que tu es là
Ma tête ne craint plus l'insolence du désir
Celui qui nous transporte
Aux portes du plaisir

Attends-toi à vibrer aux excés libertins
Crois en mon amour fleur
En mes folles errances
Je ne suis que de toi
Je t'ouvre enfin mes portes
Tu ne pourras jouir
Qu'en mon plaisir à moi.
Mon corps tendu d'espoir
Trouvant ta délivrance
Accueillera en lui cette source sacrée
Ne crains pas de donner
Car dans un clair matin
Tu cueilleras les fruits
De ce que tu as semé
.

renaissance 2
 

 

 

 

 

MIMI.

00:15 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : amour, blog, poesie, poeme, desir, mimi poesie |  Facebook |