31/05/2009

Il faut partir!

dyn007_original_454_538_pjpeg_2572620_21ec4e44ae427a4d35d99bdee06b67bc


Voici le temps des vacances et puis ce blog est peu fréquenté  depuis que etpuislavie a vu le jour:)! Je ne posterai jusqu'au mois de septembre que des textes que j'ai déjà mis là mais qui ont plu aux lecteurs à l'époque! Celui-ci a été crée en direct là, dans le blog! Je lui ai apporté quelques modifications avant de le remettre ici!
J'espère que vous aimerez le découvrir ou le relire!


Si tu crois que le vent
Te pousse vers la vie
Celle que tu souhaites en rêve
Qui te donne l'oubli
De toutes les tristesses
Et de tous les chagrins
Emporte ta détresse
Vers un autre demain
 

Alors il faut partir
 

Si tu penses que le ciel
Sera plus bleu ailleurs
Qu'il donnera le sel
Qui rend les jours meilleurs
Si le soleil réchauffe
Bien mieux vers l'horizon
Et que ce que lui offre
Vaut bien mieux que mon nom
 

Alors il faut partir
 

Par contre si tu souffres
Quand tu seras là-bas
Si tu sens que le gouffre
Se referme sur toi
Si les champs, si les fleurs
Si mon amour à moi
Te semblent le bonheur
Y croire encore une fois
 

Alors reviens ici
 

Et je te redirai
Le chant de nos beaux jours
J'inventerai pour toi
Des folles nuits d'amour
J'évoquerai nos vies
J'évoquerai nos joies
Et tu verras fleurir
mon amour sous tes pas
 

Mais alors je t'en prie
N'attends pas trop longtemps.


sig rouge foncé2

 

 

23:38 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : partir, amour, femme, homme, attente, vie, croire, revenir |  Facebook |

26/10/2008

L'attente.

Ce texte vous "parle"? C'est parce que vous êtes attentifs à vos lectures:)! Je le reposte là dans une version me semble-t-il plus simple. En espérant, pour ceux qui s'en souviennent, que vous l'aimerez aussi.

Je vous remercie pour les nombreuses marques de sympathie que vous m'avez adressées pour mon anniversaire sous forme de mails, de coms ici et de posts et coms sur libres2, de messages drôles et touchants sur facebook... Merci 1000 fois!

001 barnay Marie mon aquarelle

On n'est jamais heureux
Quand on est amoureux
On frissonne on a peur
Peur de l'autre d'abord
Qu'il s'en aille ailleurs
Mais peur de soi aussi
Car en livrant son corps
On perd un peu son âme
On se brûle à la flamme
De la douce folie
Qu'engendre l'amour fou.

Mais...

Le temps nous est attente
On ne voit que le ciel
Dans sa pure beauté
On veut tant espérer
Cruelle est la souffrance
De ces vaines absences
Un mot un geste doux
On palpite et frémit
Et la vie tout à coup
S'illumine et nous dit
Tout vouloir partager
Espérant tant de l'Autre
Car il est fou aussi.
Que nos corps chauds s'embrasent
Que vienne la passion
A l'écoute des sens
On perd jusqu'à son nom
On murmure "aime-moi"
On caresse et on chute
Il n'y a plus de saison
Quimpatiente culbute
De folle déraison
On chuchote et on crie
Quand notre peau exulte
Et çà oui, c'est la vie
On peut tout en attendre
C'est la seule chanson
Que nos coeurs veulent entendre
Car c'est  la grande joie
Et tant pis si tu as peur
C'est à ce prix tu vois
Que s'offre le bonheur. 

mimi orange

30/06/2008

L'attente.


l'attente

J'ai longtemps attendu que tes yeux me découvrent
J'ai espéré cent fois te voir venir vers moi
J'ai cru qu'à travers moi tu saurais croire en toi
On dit que le bonheur çà se cherche, se trouve
Au plus profond de soi, là où l'on ne va pas
Et je pensais à toi comme on croit aux serments
Je te voyais courir vers des horizons noirs
De l'une ou l'autre amie tu devenais l'amant
Une nuit, un matin ou bien pour quelques soirs.

Tu t'égarais cent fois sur les tristes chemins
Ceux de l'amour facile qui laissent un goût amer
Des femmes au coeur d'argile et qui ne donnent rien
Des corps voluptueux mais des âmes trop creuses
Des silences érigés en mots d'amour bénins
Amours saveurs de fiel comme raisins trop verts
Pour toi je crois hélas, j'étais bien trop sérieuse
Et tu cherchais ailleurs visages de volupté
Mais tu aurais compris si tu avais demandé.

Par un autre je connais ces doux moments si fous
Exultation des sens, amour et sensations
Je donne et je reçois des folies, la passion
Mais aussi la tendresse et les mots les plus doux
Mon être tout entier devient vibrant hommage
A celui qui a su éveiller sous ses mains
Mon corps tendu en arc vers ce tourment sans âge
Je m'ouvre enfin à l'homme qui a su m'émouvoir
Et je sais aujourd'hui ce que sera demain.

Et toi que deviens-tu?
A trop courir trop loin
As-tu su découvrir où mène ton chemin?
Tu peux bien m'oublier, moi je ne t'aime plus!

MIMI.signat2