31/05/2009

Il faut partir!

dyn007_original_454_538_pjpeg_2572620_21ec4e44ae427a4d35d99bdee06b67bc


Voici le temps des vacances et puis ce blog est peu fréquenté  depuis que etpuislavie a vu le jour:)! Je ne posterai jusqu'au mois de septembre que des textes que j'ai déjà mis là mais qui ont plu aux lecteurs à l'époque! Celui-ci a été crée en direct là, dans le blog! Je lui ai apporté quelques modifications avant de le remettre ici!
J'espère que vous aimerez le découvrir ou le relire!


Si tu crois que le vent
Te pousse vers la vie
Celle que tu souhaites en rêve
Qui te donne l'oubli
De toutes les tristesses
Et de tous les chagrins
Emporte ta détresse
Vers un autre demain
 

Alors il faut partir
 

Si tu penses que le ciel
Sera plus bleu ailleurs
Qu'il donnera le sel
Qui rend les jours meilleurs
Si le soleil réchauffe
Bien mieux vers l'horizon
Et que ce que lui offre
Vaut bien mieux que mon nom
 

Alors il faut partir
 

Par contre si tu souffres
Quand tu seras là-bas
Si tu sens que le gouffre
Se referme sur toi
Si les champs, si les fleurs
Si mon amour à moi
Te semblent le bonheur
Y croire encore une fois
 

Alors reviens ici
 

Et je te redirai
Le chant de nos beaux jours
J'inventerai pour toi
Des folles nuits d'amour
J'évoquerai nos vies
J'évoquerai nos joies
Et tu verras fleurir
mon amour sous tes pas
 

Mais alors je t'en prie
N'attends pas trop longtemps.


sig rouge foncé2

 

 

23:38 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : partir, amour, femme, homme, attente, vie, croire, revenir |  Facebook |

22/05/2009

Marseille: ma ville!

Ce post vient en complément de celui de mon autre blog:

 
http://etpuislavie.skynetblogs.be/

 
qui vous montre la ville en photos. Là je vous présente Marseille suivant mon coeur. Et s'il vous plait de voir les 2 j'en serai ravie!

 
Marseille3réduit


 MARSEILLE

 

La ville est écrasée sous un soleil de plomb

Pierres blanches tranchées sur le blanc des collines

La Méditerranée sur La Corniche en feu

Offre ses vagues bleues et sa fraîcheur marine.

 

Le Château d'If là-bas reçoit ses visiteurs

Il est trés sûr de lui en sa beauté sereine

Il sait bien que le soir enfin, reviendra l'heure

De retrouver le calme sur son île lointaine.

 

L'Evéché dit au revoir à tous ces grands bâteaux

Qui s'éloignent de lui, cinglant vers l'horizon.

A quai de blancs mouchoirs comme petits drapeaux

Saluent tous ceux qui partent. Mais ont-ils bien raison?

 

Le Port dans le matin cliquette de ses mâts

Prêts à prendre la mer suivis de goélands

Les pêcheurs, Quai des Belges réparent leurs filets

Tandis que leurs épouses vendent à La Criée.

 

La Canebière s'élance, elle monte aux Réformés

Coeur de ville battant au coeur des Marseillais

Ses boutiques, ses cafés accueillent les chalands

Au rythme lent des pas qui les caractérise.

 

Le Panier, la Mairie ont salué Saint Victor

Et fait un petit signe au Quartier de La Bourse

Saint Jean, Saint Nicolas, Le Pharo crient trés fort:

Ne nous oubliez pas!

C'est d'ici à nos pieds que démarrent les courses.


Et Bonne Mère là-haut, qui regarde tout çà

De cet oeil bienveillant qui toujours nous protège

Dit à sa ville fière: Ne vous disputez pas

Il n'y a tant de beauté nulle part qu'à Marseille.

 

sig rouge


19/05/2009

Pause!

une-pause

 

15:55 Écrit par Mimi dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/05/2009

Sois à moi!

Ce blog est moins fréquenté alors j'en déduis que mes amis et lecteurs préfèrent mes petits virées et autres nouvelles sur mon blog tout neuf qui ne manque pas de visiteurs:)!

Pas de problême en ce qui me concerne, c'est tellement mieux quand on a le choix!

 
a1sois

 

J'en ai franchi des ponts
Et passé des tunnels
J'ai enjambé des monts
Pour caresser mon ciel
Ici enfin je vois
Fleurir tous les bonheurs
Parce que j'ai foi en toi
Tu es là dans mon coeur
Tu dis que notre amour
Est devenu forêt
Et qu'au fil de tes jours
Il brode tes pensées
Comme ce ver à soie
Qui toujours se délecte
D'il était une fois.
 

Sois à moi mon amour
Sois à moi pour toujours
Qu'enfin un grand ciel bleu
Réchauffe nos hivers
Que la neige soit feu
Un soleil pour les Etres
Qui n'ont pas le bonheur
De t'avoir, te connaître
Sois à moi pour le mieux
Mais sans crainte du pire
Porte-nous vers la vie
Qui nous offre ses fruits
Tu es fait pour l'amour
Tu es là pour la joie
 

Sois à moi, sois à moi...

signat rouge1

14:31 Écrit par Mimi dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : amour, femme, bonheur, moi, toi, home, blog a 4 mains |  Facebook |

06/05/2009

me revoilà!

 

Je suis à peu prés en forme et je viendrai, lentement, vous rendre visite à tous avec un immense plaisir.

Vous pouvez me rendre visite si le coeur vous en dit sur mon nouveau blog:
 

http://etpuislavie.skynetblogs.be

 

sur lequel je parlerai davantage de moi, ma vie de tous les jours, je vous guiderai dans ma région (c'est le sujet de mon premier post) je vous ferai également partager des bribes de mon journal perso... Bref! un peu de tout et de rien.
 

Alors à bientôt ici ou là?

MIMI.

02/05/2009

Pas de 2.

Je ne suis pas présente en ce moment, je suis hospitalisée. J'ai la chance d'avoir droit à des permissions de sortie. J'ai passé le 1° mai en famille, je suis retournée à l'hôpital hier au soir et en suis sortie cet aprés midi. J'y retournerai demain aprés midi pour je ne sais combien de temps.

Vous comprendrez bien que le peu de temps dont je dispose, je le consacre à ma famille. De plus je suis assez fatiguée pour n'avoir pas trés envie de rester longtemps devant l'ordi. Je passerai chez tous ceux qui sont, malgré que je ne sois pas allée sur leur blog, passés me faire un signe d'amitié.

Je poste là une petite chose que j'ai écrite entre deux examens à l'hosto: léger et optimiste:)! Je vous embrasse tous. A bientôt!

 

AA1 pas de 2

 

Et je cheminerai sur les chemins de grève
Point besoin de courir je sais où tu seras
J'irai le pas léger sachant que tu attendras
De me voir déboucher dans un coin de ton rêve

 

Le soleil sera là un peu comme aujourd'hui
Illuminant la mer de blonds ourlets d'écume
Je n'aurai pas besoin que tes lampes s'allument
Je connais ta maison posée en bord de nuit

 

Maintenant tu le sais on se retrouvera
Toi tu ne diras rien moi je suivrai ton pas
Et nous irons tous deux dans de grandes errances
L'amour ne sera pas ou sera flamboyances.

 
signat rouge